17/03/2021

Formation du Gouvernement : Sama Lukonde au delà du délai constitutionnel. Mission impossible?

Formation du Gouvernement : Sama Lukonde au delà du délai constitutionnel. Mission impossible?

Le premier ministre congolais Jean Michel Sama Lukonde a totalisé déjà plus de 30 jours depuis sa nomination à la tête de l’exécutif national par le président de la république. Il avait 30 jours pour former son gouvernement et permettre le pays de décoller. L’homme est au delà de son délai, et pas toujours de gouvernement.

La sonnette d’alarme a été déjà tirée par le Secrétaire Général de l’Union pour la Démocratie et Progrès Social, Augustin Kabuya, en évoquant le blocage dans la formation du gouvernement. Le parti présidentiel a aligné 82 candidats pour 8 postes.

Une autre révélation à prendre au sérieux est celle du député national Léon Nembalemba, dit papa Molière au cours d’une émission télévisée qui avait prédit la dislocation de l’union sacrée après la publication du nouveau gouvernement, si on ne prend pas en compte beaucoup d’aspects.

Bien avant, les députés nationaux ayant réussi à chasser le bureau Mabunda réclamaient aussi leur cote-part.

Déjà, le nombre important d’adhérents à cette philosophie du président de la république est aussi au cœur d’une polémique. Qui servir, qui ne pas servir ? Cette question n’est pas à négliger.

Nombreux sont des observateurs qui commencent à avoir des réserves sur cette situation. Ils pensent que le jeune premier ministre a du pain sur la planche car il faut servir tout le monde, alors que l’effectif de ministres est appelé à baisser au regard de la situation socio-économique du pays, et surtout dans la logique de réduire le train de vie des institutions de la république.

Dans une interview chez nos confrères de la radio Top Congo, le secrétaire général de l’Ecidé, Devos Kitoko a prévenu que les membres du groupe dit « Union sacrée », « ne se mettront jamais d’accord ».
Pour lui, « ce qui se passe autour de la formation de ce gouvernement, c’est tout simplement les querelles logiques d’un groupe d’opportunistes de tout bord autour de la mangeoire en train de se disputer le butin du braquage électoral », a indiqué le gérant du parti de Martin Fayulu.

Pendant ce temps, Kinshasa vit sans l’eau, ni électricité. La situation des congolais devient de plus en plus difficile. Tout est suspendu à la sortie du gouvernement pour espérer un autre décollage.

FORUM INFO

Laisser un commentaire

Remonter